Séquences lexicales à fonction discursive

Typologie des séquences lexicalisées à fonction discursive dans les écrits scientifiques en Sciences humaines et sociales

Thi Thu Hoai TRAN, août 2016, Université d’Artois
Contact : tthoai.tran @ univ-artois.fr

Liste des marqueurs (en format xls)

Notre travail s’inscrit dans le cadre du projet ANR Termith dans l’objectif d’établir une typologie des marqueurs discursifs les plus fréquents dans les écrits scientifiques dans un premier temps, et de proposer une aide à l’écriture scientifique dans un deuxième temps. Cette recherche se trouve dans la lignée d’autres travaux portant sur la phraséologie transdisciplinaire dans les écrits scientifiques à l’instar de Phal (1974), Coxhead (2002), Pecman (2004), Tutin (2010). Nous nous intéressons dans ce travail aux marqueurs discursifs, souvent appelés connecteurs logiques dans les manuels de FLE. Ces unités lexicales ne sont pas absentes dans d’autres genres textuels, mais surreprésentées dans les écrits scientifiques (Tran, 2014). Dans une recherche antérieure, nous avons constaté que les marqueurs polylexicaux (en somme, en d’autres termes) sont fréquemment utilisés dans les écrits des locuteurs natifs, mais totalement absentes dans les mémoires des étudiants allophones. En outre, Osborne (1994), Le (2013) ont relevé une utilisation inadéquate des marqueurs discursifs dans les mémoires de ces étudiants ce qui entraîne une fragmentation d’idées. Notons également qu’il existe très peu de typologie des marqueurs à fonction discursive à notre connaissance. Toutes ces raisons expliquent notre intérêt pour les marqueurs polylexicaux, essentiellement ceux qui jouent une fonction discursive, que nous appellerons les séquences lexicalisées à fonction discursive. Notre corpus de travail se compose des articles en sciences humaines et sociales d’une taille d’environ 2,7 millions de mots. Nous avons relevé 164 marqueurs et les regroupons en deux grands groupes, à savoir les marqueurs à fonction métadiscursive et ceux à fonction argumentative.

La première catégorie, marqueurs à fonction métadiscursive, englobe tous les marqueurs qui jouent un rôle dans l’organisation textuelle. Ce type de marqueurs est particulièrement utilisé dans les écrits scientifiques. Ils marquent le guidage du lecteur et manifestent l’intention du scripteur de faciliter le décodage de son lecteur. Nous regroupons dans cette catégorie toutes les opérations de reformulation, de comparaison, d’exemplification, etc. Ils montrent comment le texte s’organise ou bien font référence au texte lui-même. Ils renvoient à la structure globale du texte, par exemple ils permettent de placer une introduction (en guise d’introduction, etc.), de signaler une progression dans les idées (en outre, par ailleurs, etc.), ou de marquer une conclusion (en conclusion, etc.). Ils peuvent introduire d’autres éléments dans l’énoncé, comme un exemple (par exemple), une comparaison (par rapport à), etc.

La deuxième catégorie, marqueurs à fonction argumentative, servent à construire le raisonnement et l’argumentation par des procédés d’explication, de justification, de rectification, de concession. A la différence des marqueurs à fonction discursive, ces marqueurs contribuent à établir les liens internes du texte. Nous distinguons des sous-groupes des marqueurs qui expriment la causalité (du fait de, au point de), la concession (tout de même), l’opposition (au contraire, sans pour autant), la condition (à supposer que) et la finalité (à cet effet).
Il est à préciser que notre typologie est loin d’être exhaustive, elle regroupe uniquement les séquences lexicalisées à fonction discursive les plus fréquentes dans les écrits scientifiques. Il s’agit des éléments linguistiques qui méritent d’être traités en priorité avec les étudiants. Nous sommes de même avis que Blumenthal (2007) et Tutin (2010) en affirmant que les listes de mots simples n’ont pas de pertinence pédagogique en soi. Pour que ces typologies soient efficaces et utilisées à bon escient, un travail de transposition didactique et de recontextualisation soit important. L’enseignement de ces unités lexicales doit tenir compte de leurs fonctions sémantiques et rhétoriques comme l’a préconisé Tutin (2010).

Références bibliographiques
Blumenthal, P. (2007). Sciences de l’Homme vs sciences exactes  : combinatoire des mots dans la vulgarisation scientifique. Revue Française de Linguistique Appliquée, XII(2), 15 28.
Cavalla, C. (à paraître). Collocations transdisciplinaires dans les écrits de doctorants FLS/FLE. In F. Sitri & F. Rinck (Éd.), Former à l’écrit universitaire. Paris : Linx.
Cavalla, C., & Loiseau, M. (2013). Scientext comme corpus pour l’enseignement. In
Chetouani, L. (1997). Vocabulaire général d’enseignement scientifique, VGES. Editions L’Harmattan.
Coxhead, A. (2002). The Academic Word List : A Corpus-based Word List for Academic Purposes. In Teaching and Language Corpora (TALC) 2000 Conference Proceedings. Atlanta : Rodopi.
Falaise, A., Tutin, A., & Kraif, O. (2011). Une interface pour l’exploitation de corpus arborés par des non informaticiens  : la plate-forme ScienQuest du projet Scientext. TAL, 52(3), 241‑246.
Glorieux, C., Pollet, M.-C., Malengreau, E., Wynsberghe, D., & Delforge, M. (2006). Elaborer des outils d’aide à la rédaction d’écrits scientifiques  : dépasser les lieux communs pour s’ancrer dans des besoins spécifiques. In Actes de la journée d’étude  : Mons, FUCaM. Bruxelles : Conseil interuniversitaire de la Communauté française, 98-122.
Le, N. B. (2013). L’utilisation des connecteurs argumentatifs dans les écrits universitaires des étudiants vietnamiens  : le cas du discours géographie. Pour une perspective didactique (Thèse de doctorat en sciences du langage Spécialité Français Langue Etrangère). Université de Grenoble, Grenoble.
Mangiante, J.-M. & Parpette, C. (2011). Le français sur objectif universitaire. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.
Osborne, J. (1994). La cohésion dans les productions écrites d’étudiants en anglais de spécialité  : un problème culturel  ? ASp, la revue du GERAS, (5-6), 205 216.
Paillard, D., & Vu, T. N. (2012). Inventaire raisonné des marqueurs discursifs du français. Description. Comparaison. Didactique. Paris : AUF.
Pecman, M. (2004). Phraséologie contrastive anglais-français : analyse et traitement en vue de l’aide à la rédaction scientifique (Thèse en Sciences du Langage). Université Sophia Antipolis, UFR Lettres, Arts et Sciences Humaines, Nice.
Rossari, C. (1994). Les opérations de reformulation   : analyse du processus et des marques dans une perspective contrastive français-italien (2e éd.). Berne  ; Berlin : P. Lang.
Sinclair, J. M. (1991). Corpus, Concordance, Collocation. Oxford : Oxford University Press.
Tran, T. T. H. (2010). Aides logicielles à la rédaction universitaire. L’exemple des collocations (Mémoire Master 2 Recherche FLE). Université Stendhal – Grenoble 3, Grenoble.
Tran, T. T. H. (2014). Développement d’une aide à l’écrit scientifique. Description de la phraséologie scientifique et réflexion didactique pour l’enseignement à des étudiants non natifs (Thèse de doctorat en Sciences du langage Spécialité Français Langue Etrangère). Université Grenoble Alpes.
Tutin, A. (2014). La phraséologie transdisciplinaire des écrits scientifiques  : des collocations aux routines sémantico-rhétoriques. In A. Tutin & F. Grossmann (Éd.), L’écrit scientifique  : du lexique au discours. Autour de scientext. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 27 44.
Tutin, A. (2010). Sens et combinatoire lexicale : de la langue au discours (Thèse d’habilitation à diriger des recherches). Université Stendhal Grenoble 3, Grenoble.
Tutin, A. & Grossmann, F. (Éd.) (2014), L’écrit scientifique  : du lexique au discours. Autour de scientext. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 163 180.